LES ACTUALITÉS DE LA VIE

Benoît XVI avec un bébé

Comment choisit-on la vie

Benoît XVI rencontre des prêtres à Rome en 2006 Réponse à un échange avec des prêtres sur le respect de la vie Les intertitres sont du Réseau Vie. Comment fait-on ? En réfléchissant, il m’est venu à l’esprit que la grande défection du christianisme qu’a vécue l’Occident au cours des cent dernières années a été réalisée précisément au nom de l’option pour la vie. Le christianisme option contre la vie ? Il a été dit – je pense à Nietzsche, mais également à tant d’autres – que le christianisme est une option contre la vie. À travers la Croix, à travers tous les commandements, à travers tous les « Non » qu’il nous propose, il nous ferme la porte de la vie. Mais nous, nous voulons avoir la vie, et nous choisissons, nous optons, finalement, pour la vie en nous libérant de la Croix, en nous libérant de tous ces commandements et de…

Lire plus...

Mgr Matthieu Rougé et Raphaël Enthoven: «La vie est-elle sacrée?»

Dans un entretien fleuve, paru dans le Figaro du 24 mars 2023, Mgr Rougé et le philosophe Raphaël Enthoven débattent sur les dimensions religieuses du débat sur la fin de vie. GRAND ENTRETIEN – Le philosophe Raphaël Enthoven voit avant tout dans la question de la fin de vie un enjeu de laïcité et estime que l’opposition à l’euthanasie est dictée par un réflexe chrétien. Mgr Matthieu Rougé, évêque de Nanterre et spécialiste de théologie politique, pense, au contraire, que le point de vue des croyants peut être utile dans un débat qui, par ailleurs, dépasse les appartenances religieuses. LE FIGARO. – Raphaël Enthoven, vous avez cosigné une tribune dans laquelle vous affirmez que des religieux se prévalent de leurs croyances pour empêcher le débat sur la fin de vie, interdisent les échanges à coups d’anathèmes, et menacent les institutions. Visiez-vous en particulier les catholiques? L’Eglise n’a-t-elle pas toute sa…

Lire plus...

Pour la CEDH, il n’existe aucun droit à la PMA « post-mortem »

Un article du site Généthique publié le 23 mars 2023 : Nicolas Bauer, chercheur associé à l’ECLJ (European Committee for Law and Justice, comité européen pour la loi et la justice), analyse les dernières décisions de la CEDH (Cour Européenne des Droits de l’Homme) en matière de PMA « post-mortem ». Valérie Dalleau avait déposé en 2018 une requête à la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) demandant le droit de faire un enfant avec son compagnon décédé. Une telle procréation médicalement assistée (PMA) est dite « post-mortem », c’est-à-dire après le décès de l’un des deux parents. Mme Dalleau contestait le refus des autorités françaises de transférer des spermatozoïdes congelés de son compagnon vers une clinique espagnole où elle pourrait procéder à une insémination post mortem. La loi française impose en effet que les deux membres du couple désireux de recourir à une PMA soient « vivants »…

Lire plus...
Dr. Bruchalski

Un avorteur devenu médecin pro-vie affirme que tuer un bébé n’est « jamais nécessaire » pour sauver la vie de la mère

« Le fœticide intentionnel n’est jamais nécessaire, même dans les pires scénarios », atteste le Dr John Bruchalski. Du site Life Site News Un article de Calvin Freiburger – 23 février 2023 Un ancien avorteur devenu médecin pro-vie met en cause l’argument le plus puissant en faveur de l’avortement légal. L’avortement est souvent présenté comme le seul moyen de sauver les femmes enceintes. Cette présentation n’est pas enracinée dans le fait médical. Le Dr John Bruchalski est le fondateur du cabinet médical confessionnel pro-vie Tepeyac et de l’association à but non lucratif Divine Mercy Care. Il « a pratiqué des avortements en croyant qu’il aidait les femmes » pendant sa formation médicale, mais après un réveil spirituel, il a réalisé que l’avortement n’apportait pas la liberté, la santé et le bonheur aux femmes. Le Dr Bruchalski a cessé de pratiquer des avortements, est revenu à la foi et a ressenti l’appel de…

Lire plus...

Vote sur la fin de vie : « Pourquoi tout était écrit d’avance »

Article du Figaro du 21/2/2023 par Damien Le Guay : La convention citoyenne sur la fin de vie vient de se prononcer majoritairement en faveur du suicide assisté et de l’euthanasie. Selon le philosophe Damien Le Guay, cette décision est tout sauf surprenante au vu de la méthode, contestable, employée pour organiser cette réflexion. Damien Le Guay est philosophe, spécialiste des questions éthiques. Il a notamment publié «Quand l’euthanasie sera là» (ed. Salvator, 2022). Une étape importante vient d’être franchie. Cette convention citoyenne réunie depuis des mois vient de voter, dimanche 19 février 2023, en faveur de l’euthanasie et du suicide assisté. Il lui reste encore du travail à faire pour finaliser les propositions, mais, à l’heure actuelle, ce que l’on pouvait craindre, quant aux orientations de cette convention, est apparu au grand jour. On pourrait s’arrêter là et attendre la suite. Mais revenons sur les conditions du vote de cette Convention…

Lire plus...

Les dangers d’un « certificat européen de parentalité »

Communiqué de presse de la FAFCE du 3 février 2023 « Un enfant n’est pas un privilège et la parentalité n’est pas un droit ; au contraire, un enfant est un don et la parentalité une responsabilité ». Ce sont les mots du Président de la FAFCE, Vincenzo Bassi, dans une lettre ouverte suite à l’annonce d’une initiative législative européenne pour créer un certificat européen de parentalité.  En 2020, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, avait déclaré que « si vous êtes parent dans un pays, vous êtes parent dans tous les pays ». En décembre dernier, la Commission européenne a publié une proposition législative sur le sujet, proposition sur laquelle les citoyens européens sont invités à exprimer leur opinion dans le cadre d’une consultation publique jusqu’au 13 février. Cette initiative inclue une reconnaissance automatique transfrontalière de la “parentalité”, un terme créant confusion avec le terme juridique et biologique habituel de “filiation”. Selon la…

Lire plus...

Nouveau succès pour la Marche pour la vie à Paris

Publié sur le site de Famille chrétienne le 23/1/2023, par Jean-Marie Dumont : Pour sa 17e édition, la Marche pour la vie a réuni le 22 janvier des milliers de personnes dans Paris, appelant au respect de la vie humaine face à l’avortement et à l’euthanasie. Comment ne pas être frappé par l’enthousiasme et la joie des milliers de personnes réunies à Paris ce 22 janvier pour la Marche pour la vie ? Une impression d’autant plus marquante qu’elle tranchait singulièrement avec la gravité des deux projets sur lesquels cet événement entendait alerter les consciences : l’inscription de l’avortement dans la Constitution et la légalisation de l’euthanasie. Portée par la jeunesse des participants et la dimension très familiale de cet événement, la Marche pour la vie, qui célébrait sa dix-septième édition, continue ainsi d’attirer chaque année un dimanche de janvier souvent très froid des foules joyeuses – 20.000 participants cette…

Lire plus...

Le Pape condamne l’avortement et les politiques antinatalistes comme une attaque violente contre la paix et la dignité de la vie.

Du site Tribune chrétienne : Le Pape a critiqué « les efforts des instances internationales pour imposer une pensée unique » dans son discours aux membres du corps diplomatique. Il a abordé des sujets importants tels que le droit à la vie, la liberté de religion, le totalitarisme idéologique et a exprimé toute sa désapprobation de la course aux armements dans le monde entier. Le Pape François a prononcé un discours de grande ampleur lors de la présentation des vœux de nouvel an par les membres du corps diplomatique accrédités auprès du Saint-Siège. Il a insisté sur la nécessité de la paix dans un monde de plus en plus divisé et en guerre. Il a fait référence à la troisième guerre mondiale qui, selon lui, se déroule actuellement par bribes, et a rappelé les points clés de l’encyclique Pacem in terris de saint Jean XXIII, qui fête son 60ème anniversaire. Il a également exprimé…

Lire plus...

« Chaque instant a sa valeur »: le témoignage poignant d’un malade qui a renoncé à l’euthanasie

Par Agnès Leclair Lefigaro.fr publié le 14/10/2022 TÉMOIGNAGE – Atteint de la maladie de Charcot, Bertrand, haut fonctionnaire, envisageait d’aller en Suisse ou en Belgique. Il a repensé sa fin de vie grâce aux soins palliatifs. Dehors, un pâle soleil d’automne prolonge l’été. Bertrand, statique, calé dans un grand fauteuil, ne l’aperçoit plus que depuis sa fenêtre. Le ronflement régulier d’un respirateur artificiel rythme le silence dans son appartement de la banlieue parisienne. À 61 ans, ce grand commis de l’État découvre une nouvelle vie. Une vie immobile. Loin de la rue Cambon, où il a exercé comme conseiller maître. Voilà près d’un an que le diagnostic est tombé comme une sentence: «maladie de Charcot», ou SLA (sclérose latérale amyotrophique) dans le jargon médical. Une maladie neuronale incurable qui paralyse progressivement le corps. Jusqu’à la mort. Aujourd’hui, ce spécialiste des collectivités territoriales et de l’outre-mer ne se déplace plus que de son fauteuil à son…

Lire plus...

Garder un bébé qui risque de mourir

En 2015, un couple de Grenoble se trouve confronté à l’annonce d’un enfant atteint de trisomie 18. C’est leur troisième enfant. L’avortement leur fut tout de suite proposé. Dans la préparation au mariage, ils en avaient discuté, et ils étaient tombé d’accord de garder leur bébé si la situation se présentait. Les parents décidèrent donc de le garder. Ils commencent par nommer le bébé Azélie.

Lire plus...

Restez informé  de nos actions et formations pour la vie :