Cet article est une traduction libre et partielle de l’article du site pennlive.com

Des militants et des partisans anti-avortement – ​​certains portant des pancartes «Je suis la génération pro-vie» et «Prends ma main, pas ma vie» – ont convergé lundi vers le Capitole de Pennsylvanie pour exhorter les législateurs de l’État à adopter des lois visant à restreindre davantage l’avortement.

Succès de la première marche pour la vie

Des milliers de personnes de tout l’État ont rempli les marches du Capitole et se sont répandues dans Third Street autour d’une scène installée pour le rassemblement de la première Marche pour la vie en Pennsylvanie. L’événement, ainsi qu’une marche autour du Capitole, ont été organisés par le Pennsylvania Family Institute, basé à Harrisburg. Le département des services généraux de l’État prévoyait une foule de 3 000 personnes.

Prise de parole d’Abby Johnson

La conférencière principale de la Marche pour la vie, Abby Johnson, était une ancienne directrice de Planned Parenthood et désormais militante anti-avortement.

Elle a partagé l’histoire de sa conversion à ce qu’elle a appelé le côté juste de l’histoire. Elle a accusé son ancien employeur de promouvoir « le mensonge » selon lequel une grossesse non désirée n’est « qu’un tissu ». C’est juste du déchet. Mais si la grossesse est désirée, elle se transforme en bébé. »

Elle a dit qu’il y a 13 ans cette semaine, elle a quitté ce travail après avoir vu un avortement guidé par échographie se dérouler sur un fœtus de 13 semaines.

« Si nous continuons à travailler, si nous continuons à faire des sacrifices, non seulement nous verrons un jour où l’avortement sera illégal dans ce pays, mais mes amis, nous verrons un jour où l’avortement sera impensable », a déclaré Johnson sous les applaudissements enthousiastes de la foule.

[…]

Parmi les autres personnes qui se sont adressées à la foule figuraient des dirigeants législatifs républicains: le chef de la majorité au Sénat Kim Ward, comté de R-Westmoreland, et le président de la Chambre Bryan Cutler, comté de R-Lancaster. Ils ont été rejoints sur scène par un groupe de leurs collègues parlementaires qui soutiennent les réformes de la loi sur l’avortement de l’État.

Interventions du sénateur Ward et du président de la chambre Cutler

« Quand on considère toutes les innovations médicales dont nous disposons aujourd’hui, nous avons des échographies 3D, un suivi à distance des femmes et des nourrissons. Nous pouvons surveiller le rythme cardiaque de notre bébé sur nos montres intelligentes. Et ce sont toutes des avancées médicales qui démontrent à nouveau que la vie commence à la conception », a déclaré Ward.

Cutler a déclaré à la foule que la State House travaillait sur des projets de loi anti-avortement supplémentaires au-delà de deux qu’elle avait déjà adoptés cette session législative. L’une interdirait les avortements provoqués par un diagnostic prénatal du syndrome de Down. L’autre exigerait des prestataires d’avortement et d’autres établissements de soins de santé qui manipulent les restes fœtaux qu’ils organisent leur enterrement ou leur incinération ou donnent aux parents la possibilité de le faire à leurs propres frais.

Laissez un commentaire